PROJET
Saint Sulpice sur Risle
LIEU
Orne, France
DATE
2013

Eglise Saint-Sulpice, XIIIe et XVIIIe

Avec l’aide de l’atelier Touchard, la commune de Saint-Sulpice-sur-Risle s’est lancée depuis 2001 dans un vaste chantier de restauration de son patrimoine religieux. L’église de Saint-Sulpice révélait en effet quelques déformations structurelles et la couverture l’édifice ne garantissait plus son étanchéité. De nombreuses infiltrations d’eau pénétraient à l’intérieur du bâtiment, notamment au niveau du couvrement de la nef. Le décor polychrome des bois et les magnifiques fresques de l’église étaient alors menacés. Accompagné des entreprises Liégeas/Boussin, « L’Acanthe » et «  Luxelec », l’atelier Touchard assure la conservation de cet édifice remarquable.

Construction bien plus complexe qu’elle n’y paraît au premier abord, l’église de Saint-Sulpice fut érigée fin XIIe, début du XIIIe siècle, à l’emplacement d’une chapelle funéraire construite vers 1 100 par les Seigneurs de L’Aigle. Réunies à la fin du XVIIIe siècle en un seul édifice, les constructions bâties dans la première moitié du XIIIe se composaient essentiellement d’une église prieurale à l’est et d’une église paroissiale à l’ouest. Ces deux édifices étaient vraisemblablement séparés par un passage de quelques mètres. La nef actuelle correspond à l’ancienne église paroissiale tandis que l’annexe et la sacristie constituent l’église prieurale. En 1787, après la démolition du pignon occidental de la chapelle du prieuré, le chœur a pris place entre ces deux lieux de célébration.

L’intérieur conserve des fresques luxuriantes qui offrent un contraste saisissant avec la sobriété de l’extérieur. En effet, à la fin du XIVe ou au début du XVe siècle, l’intérieur de l’église reçut un important décor de peintures murales, qui fut découvert en 1986. Restaurées en 1996, il s’agit de peintures murales mezzo-fresco composées de pigments à base de terres ocre-jaune et ocre-rouge mélangées avec de l’eau, puis posées sur un lait de chaux, lui-même appliqué sur l’enduit d’origine.

La charpente de la nef est également très ouvragée et peinte. Constituées de bois moulurés et débillardés, les quatre fermes de la charpente de la nef sont soi­gneusement décorées. Les poinçons et entraits moulurés ont été rehaussés de peintures jaunes, rouges, blanches et noires représentant des motifs géométriques. Le lambris est décoré de motifs d’hermines noirs tandis que les couvre-joints sont peints en rouge et jaune. Les jonctions poinçon/entrait présentent en sous-face des rosaces ciselées et rehaus­sées de peintures tandis que les jouées montrent des blasons peints d’ani­maux (coq, dauphin, etc.). L’ensemble forme une somptueuse voûte polychrome sur laquelle l’atelier Touchard travaille.

Les différentes moulures et angles abattus des poutres de rive et des entraits sont soulignés de ban­deaux peints en rouge, noir, jaune et blanc. Sur les sous-faces, on distingue des points ou des hachures noirs sur fond blanc, tandis que les faces latérales montrent un décor de chevrons ou bâtons rompus.

L’église de Saint-Sulpice-sur-Risle révèle somme toute des atouts majeurs qu’il s’agit non seulement de conserver, mais aussi de mettre en valeur. Les efforts déjà réalisés pour les fresques en 1996 devaient impérativement se prolonger par une restauration complète de l’édifice afin de leur offrir un écrin à leur juste mesure. Depuis plusieurs années, la municipalité entreprend ainsi d’importants travaux de rénovation : beffroi, clocher restauré en bardeaux de châtaignier en 2006, couverture de la nef, du chœur et de l’abbatiale et peintures.

Des travaux ont démarré sur les voûtes polychromes de la nef depuis décembre 2012. Avec ses bois de charpente soigneusement décorés, elle forme un ensemble remarquable qu’il s’agit de révéler. Mais aussi, concernant la voûte du chœur, une découverte archéologique incroyable a été faîte. En effet, au moment des travaux, cette voûte en bois était recouverte de torchis badigeonné de blanc. S’il n’a pas pu être effectué avant le commencement des travaux, un premier sondage a néanmoins été réalisé ensuite et a permis de découvrir un lambris du XVIIIe siècle peint en bleu avec des couvre-joints. Pouvant la reproduire dans son état d’origine, l’atelier Touchard et ses collaborateurs proposent la restitution de cette voûte ancienne.

Maitre d’Ouvrage

Commune de Saint-Sulpice-sur-Risle

Opération

Restauration