PROJET
Igé
LIEU
Orne, France

Restauration des fresques de l’église Saint-Martin, 1932

Bien que réalisée progressivement à des époques diverses, l’église Saint-Martin présente une belle homogénéité. Le temps a néanmoins provoqué certaines usures, comme en témoignent les décors peints de la nef et du chœur réalisés en 1932. La commune d’Igé et l’Association Igé Patrimoine ont ainsi fait appel à l’atelier Touchard pour la restauration de ces fresques.

Ouvrage méconnu, l’église Saint-Martin d’Igé a une histoire complexe et connut de nombreuses modifications au fil des siècles. Originellement bâtie à l’époque romane, elle vit différentes phases constructives ensuite, et ce jusqu’à la fin du XIXe siècle. L’église est restée inchangée depuis.

Une tour-clocher flanquée contre l’ancien portail normand précède désormais une grande nef de la fin du XVIe siècle. S’ensuivent un transept dont les deux bras gauche et droit datent respectivement de 1639 et de 1848, puis un chœur de 1822 accosté d’une chapelle privée côté nord et d’une sacristie côté sud construites à la même époque. Le XXe siècle est quant à lui réservé à la décoration et l’aménagement intérieurs de l’édifice.

La nef et le chœur de l’église sont ainsi complètement restaurés en 1932. Des peintures murales sont conçues et exécutés par A. Bourgeois, peintre décorateur installé à Paris, et Léon Bourgneuf-Fouquet, originaire de Bellême. Couvertes d’un badigeon, les parois de la nef et du chœur révèlent ainsi de belles peintures murales rouges et blanches aux motifs divers. Modillons et frises dessinés viennent habiller l’intérieur de l’église Saint-Martin, d’autant plus que les deux peintres se sont appliqués à dessiner les contours de chaque baie et celui du fronton de l’entrée principale.

Ces fresques s’effritent cependant peu à peu et leur disparation progressive  inquiète de plus en plus la commune et l’Association Igé Patrimoine, qui œuvre pour la mise en valeur de l’Eglise Saint-Martin. L’atelier Touchard a été choisi pour redonner leur éclat d’origine. La restauration de ces peintures nécessite néanmoins une restauration préalable de la toiture, de la maçonnerie et un assainissement des murs. En effet, par manque de gouttière et de drainage, le mur est gorgé d’eau. Les maçonneries se vident, les enduits sont très altérés. Une forte concentration d’eau est ainsi présente sur les parements intérieurs des murs gouttereaux. Cette migration d’humidité occasionne des concentrations de sels minéraux qui participent gravement à la dégradation des décors peints.

Maître d’ouvrage

Commune d’Igé

Opération

Restauration